13/09/2019

Même s'il dessine depuis son plus jeune âge et qu'il a fait du graphisme son métier, Briac aura dû attendre ses 40 ans pour voir publier son premier album. "Il était temps... ", avoue l'artiste, revenu à la BD, sa passion, depuis quelques années seulement. Entre-temps, il aura toutefois obtenu deux prix récompensant les jeunes auteurs, l'un au festival "Quai des bulles" de Saint-Malo, l'autre à Landerneau, les deux en 1998. L'action d'Armen 43, signé tout simplement Briac, se déroule dans un phare. Un face-à-face entre deux gardiens bretons et trois soldats allemands, en pleine Seconde Guerre mondiale. Le scénario est bien huilé, les dessins plutôt noirs, à la manière de Bilal, sa référence en la matière. "Je voulais faire un huis clos, c'est très rare en BD, explique l'auteur, mais autre chose qu'une histoire d'amour...". Un deuxième album en préparation Malgré deux ans d'ateliers BD à Paris, Briac se dit "plus ou moins autodidacte. On apprend sur le tas. C'est plutôt une force actuellement. Aujourd'hui, ceux qui sortent des écoles ont à peu près tous le même graphisme". Un autre album est déjà en préparation, toujours aux éditions Le Télégramme, une sorte de polar, très très noir, confie l'artiste. L'action se déroule à Brest dans les années 20. En attendant, plongée très particulière dans l'univers d'un phare, qui plus est en temps de guerre, sous l'Occupation.