Les Lavoirs / les Halles / le champ de foire

1 - Les Lavoirs, lieu social .

Le lavoir était l’endroit où les femmes se retrouvaient pour échanger les nouvelles et discuter .
Au 18 e siècle le besoin d’hygiène face aux épidémies a favorisé la construction de lavoirs.

CHATELAUDREN possédait, jusqu’à l’avènement de l’eau courante, une dizaine de lavoirs  en bordure de l’étang, du Leff  et dans la ville dont certains encore visibles. Longtemps la lessive s'est faite sur une pierre inclinée ou une simple planche et sans abri au bord de la rivière ou au bord de l’étang.
Le lavoir servait principalement non pas au lavage, mais au rinçage du linge  nécessitant une grande quantité d’eau

lavoir.png

Photo de gauche
Ce Lavoir du XVIIIe  siècle rassemblait les lavandières de la grande place, ménagères  et servantes au service  des avocats, des greffiers et des nombreux commerçants

lavoir.png





Lavoir au bord du Leff au pied de la cascade du Petit Echo de la Mode

lavoirs.png

Lavandières au bord de l'étang.


2 - Les anciennes Halles

Au moyen âge les halles sont  désignées sous le nom de cohue
 Dès 1148, Châtelaudren possédait une cohue . Lieu d’échange commercial et symbole de l’intense activité  économique de la cité, les halles appartenaient au seigneur qui percevait des droits de «cohuage et d'estalage», et servaient  aussi de tribunal, d’auditoire, de prison et de salle de réunion

Au moyen âge les halles sont  désignées sous le nom de cohue (halle en bois, à toits surbaissés).
 Dès 1148, Châtelaudren possédait une cohue . Lieu d’échange commercial et symbole de l’intense activité  économique de la cité, les halles appartenaient au seigneur qui percevait des droits de «cohuage et d'estalage», et servaient  aussi de tribunal, d’auditoire, de prison et de salle de réunion

cohue.png

De nouvelles halles furent construites en 1631, elles abritaient les marchandises,
et hébergeaient les bagnards en partance pour Brest.
Détruites en 1938, elles sont reconstruites  place Saint-Vincent puis aménagées en  salle des fêtes. Son architecture conserve la trace de ses activités marchandes

halles.jpg

-3 - Le champ de foire

La seigneurie possédait, un droit de marché chaque  lundi et quatre foires l'an.
Un actif marché au fil de lin et de chanvre  est déjà cité en 1698. 
Le champ de foire  accueillait la «grand’foire» en octobre durant huit jours avec un important marché aux bestiaux et au lin


                                                                                                                                la grand foire en 1901

Champ de foire _25_.jpg

En poursuivant votre navigation sur ce Site Internet, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de ce site et de ses services.