L'église St Magloire

L'église St Magloire  1711 - 1732

A l’origine, se dressait un prieuré  fondé vers 1060 par les moines de l’abbaye de Léhon  qui servait également de chapelle castrale.
D’après une charte de 1155-1175, le prieuré de Saint-Magloire aurait été érigé en église paroissiale à la  demande du comte Henri 1er d’Avaugour, par Guillaume évêque de Tréguier, et confirme les donations faites jadis à l'abbaye de Saint-Magloire  par Eudon, fils d’Audren et son fils Trihan , ainsi que la terre octroyée à l’entrée des deux portes du château d’Audren et à l’entour.  L'ancienne église est citée dès 1180  (ecclesia Sancti Maglorii de Castro Audrini...).
Il semble quasiment impossible de savoir à quoi ressemblait l’église avant sa reconstruction.
L’église actuelle date du XVIIIe siècle.De style néo-romane, elle comprend une nef et de bas côtés à trois travées, d’un double transept, d’un clocher encastré et d’un chœur.
 L’édifice, construit par des ouvriers de la ville, sous la direction du recteur,  fut commencé en 1711 et terminée en 1732.
Les vitraux furent exécutés par le sieur Callac, maître vitrier,  et le dôme de la tour  exécuté en 1725 par Lucas Mordeles, charpentier, Sébastien et Marc Guérin, couvreurs.

Sur la façade se lit l’inscription :  AEDIFICAVI DOMUM NOMINI DNI DEI ISRAEL.
 (Ils ont construit la maison pour le nom de notre Seigneur, le Dieu d'Israël).

Le Maître autel et son retable dont les niches abritent les  statues de la Vierge et de l'ange annonciateur  (inscrit aux M.H) réalisé par Yves Corlay (1700-1778),  architecte-sculpteur de grande renommée.

Nombreuses statues anciennes du XVIIIème siècle, dont plusieurs dues à Yves Corlay : Saint Magloire en archevêque, Sainte Vierge, Saint Maudez, Saint Julien en chevalier empanaché, Sainte Anne, Saint Yves, Saint Pierre, Saint Jacques

La paroisse de Châtelaudren se divisait en deux parties, l’une, située à l’Est du Leff, relèvait du diocèse de Saint-Brieuc, et l’autre, située à l’Ouest du Leff, de celui de Tréguier.
On peut repérer dans la documentation cinq édifices religieux qui relèvent peu ou prou de Châtelaudren.
 La paroisse comptait aussi une léproserie à laquelle on se rattachait la chapelle Saint-Julien dite aussi de Claudren située en Plouagat, à la lisière de Châtelaudren. Sa chapellenie est annexée à la cure de Saint-Magloire en 1672

Au VIe siècle, Magloire, originaire de Grande-Bretagne, fit ses études avec son cousin Samson dans un monastère du Pays de Galles. Adulte, ce fut Samson, déjà évêque, qui consacra Magloire diacre. Il embarqua pour l'Armorique avec Samson qui lui confia, après l'avoir fondé, la direction du monastère de Kerfeunteun près de Dol.
Mais Magloire avait la vocation de la solitude monastique. Grâce à un don du comte de Loyesco, seigneur de Jersey, qu'il avait guéri d'une affeuse maladie de peau, Magloire y fonda un monastère et put s'adonner à l'oraison et à l'austérité.
L'hagiographie, outre la guérison des plaies, lui attribue aussi la résurrection d'un mort.

  Reliques de St Magloire conservées en l'abbatiale de Léhon (22)